Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La sentence de Calliope est mon premier roman.

Si je devais le glisser dans un genre littéraire... eh bien j'aurais bien du mal à lui trouver sa place !

Une conversation très intéressante avec un lecteur l'a orienté vers le "réalisme magique". Et cela me convient parfaitement !

Le mieux serait que je vous raconte l'histoire :

Une assemblée exceptionnelle réunit les quarante "Immortels" au sein de l'Académie Française.

Le professeur Marchais, figure de proue de la recherche médicale, a constaté la disparition de certains mots dans son dictionnaire. Très vite il s'aperçoit que tous les écrits sont touchés et, pire encore, les disparus sont également impro
nonçables !


Dans un premier temps, la situation semble être pour Pierre Denis une bonne occasion de mettre en doute la crédibilité de Marchais.

Mais, au fur et à mesure que les mots lui sont ôtés de la bouche, Denis mesure l’ampleur du désastre. Principalement lorsque le sublime profil de Louise Darras, qui s’attèle à répertorier les rescapés du langage, lui inspire les prémices d’une exaltation nouvelle…

Les deux hommes sont contraints de collaborer pour tenter de sauver le vocabulaire.

L’Académie s’entoure des plus grands chercheurs, des expériences sont menées conjointement sur des sujets ainsi que sur tous les supports d’écriture.
Et si la solution ne se trouvait pas dans la science mais bien dans une forme d’art peu conventionnelle ?

Faut-il écarter certaines idées jugées grotesques, comme celle qui entraîne Matthias Dangibaud au cœur de la Bourgogne ?

Immanquablement, le mal qui frappe la langue française perturbe la communication. Helena Kazakis en fera les frais lors de la conférence de presse qu’elle donnera pour expliquer la situation au grand public.

Mais avant toute chose, la question cruciale que tout le monde se pose sans parvenir à avancer le début d’une réponse : quel
s éléments peuvent bien être à l’origine de cet inquiétant phénomène ?

Ainsi, La sentence de Calliope est le récit d'une catastrophe surréaliste qui, comme toutes les catastrophes, réunit hommes et femmes dans un formidable élan de solidarité face à l'adversité.

Adversité? N'est-ce pas un terme un peu fort pour désigner deux ou trois bafouillages dans une conversation? me demanderez-vous peut-être avec le ton de celui qui se croit imperturbable. Eh bien non, croyez-moi ! Vous n'avez pas idée de l'inconfort dans lequel l'on peut se trouver lorsque l'on doit convoquer ses compères à une assemblée exceptionnelle et que l'on ne sait plus dire le mot "heure" !

"Nous nous retrouverons donc à dix-neuf (?)"

Je suis curieuse de voir combien d'entre vous seraient ponctuels...

Bon j'ai parlé d'un élan de solidarité, mais je n'ai pas dit que tous mes personnages déboulaient dans les rues de Paris main dans la main en se berçant les tympans d'encouragements mielleux ! (Déjà, ils n'ont presque plus de mots, alors...)

Il y en a d'ailleurs certains que l'on aurait préféré envoyer en mission à l'autre bout du monde pour leur clouer définitivement le bec ; et qu'ils arrêtent une bonne fois pour toute de tenter de discréditer leurs petits camarades ! C'est de la fierté mal placée ... non mais !?!

Mais bon, que voulez-vous, ce sont des génies, chacun dans leur domaine. Et le fait est que, même si leurs domaines respectifs semblent à première vue totalement incompatibles, ils sont absolument nécessaires pour tenter de sauver notre vocabulaire.

Nous pardonnerons donc les étincelles que provoquent Messieurs Denis et Marchais quand ils sont contraints de collaborer.

Ceci dit, je vous parlerai de mes personnages un autre soir... Ou mieux ! Lisez le livre...

La Sentence de Calliope... Qu'est-ce donc ?
Tag(s) : #roman, #bouquin, #Calliope, #La Sentence de Calliope

Partager cet article

Repost 0